Lutte contre les mines

Lutte contre les mines

Il y a dans le monde plus de 110 millions de mines antipersonnelles et antichars posées et actives, et des millions de tonnes de munitions non explosées. Les engins explosifs représentent une menace quotidienne pour les civils, et constituent un obstacle au redressement d’un pays en entravant son développement économique.

TDI fournit un large éventail de services de lutte contre les mines, afin de restituer aux communautés locales leurs terres dépolluées sur les territoires touchés par des conflits.  Ces services comprennent :

  • Une enquête non technique, qui consiste à recueillir et à analyser des informations essentielles sur les zones potentiellement dangereuses, avant le début des opérations de déminage.
  • Une enquête technique, qui succède à l’enquête non technique et consiste à évaluer physiquement une zone à risque en utilisant une détection manuelle ou mécanique.
  • Le déminage manuel, qui implique à la fois la détection, l’enlèvement et la destruction des mines antipersonnel et antichars, et celle des restes explosifs de guerre.
  • La dépollution du champ de bataille (DCB), qui désigne la recherche, la détection et l’enlèvement systématiques de toutes les munitions et de tous les équipements d’armement d’une zone déterminée, considérée comme exempte de mines terrestres.
  • Le déminage mécanique, qui implique l’utilisation de moyens mécaniques pour effectuer des tâches vitales, telles que la préparation du terrain, l’enlèvement des fils-pièges, ainsi que la vérification et la dépollution de grandes surfaces de terrain.
  • La neutralisation et la destruction des explosifs (NEDEX), qui correspond à la détection, l’identification, l’évaluation, la récupération et l’élimination de tous les engins explosifs à même d’exploser et de causer des blessures ou des dommages. Il peut s’agir de grenades, de mortiers, d’armes à sous-munitions ou encore de munitions terrestres.

Une partie intégrante des opérations de lutte antimines consiste à sensibiliser aux risques les communautés affectées, et à promouvoir des comportements sûrs. Au nombre des activités proposées figurent la diffusion de messages de sécurité auprès de groupes cibles et l’aide à la gestion communautaire des risques.